Chaussure orthopédique

Chemin de navigation:Home/Solutions d’appareillage/Chaussure orthopédique

En savoir plus sur les chaussures orthopédiques

Description

La chaussure orthopédique est une solution de chaussage individualisée qui répond à des besoins spécifiques.  Elle peut être réalisée dans divers matériaux mais le cuir reste le plus utilisé. Dans le cas d’une amputation partielle du pied, la partie interne est confectionnée avec divers matériaux tels que la mousse polyuréthane souple, la mousse de polyéthylène et le liège, qui assurent le maintien du pied et empêchent que celui-ci ne glisse vers l’avant de la chaussure.

Le design de la chaussure (forme, couleur) est individualisé mais une amputation partielle de pied nécessite généralement que la hauteur soit celle d’un petit bottillon (entre 10 et 12 cm de haut). De même, les modèles fermés sont privilégiés afin d’assurer un maintien optimal du pied dans la chaussure. Le système de fermeture peut quant à lui être à lacets ou en velcro, selon les souhaits du patient.

chaussure-orthopedique-ottobock

Fonctionnalité

Lors du cycle de marche, le pied alterne entre une phase dite d’oscillation lorsqu’il ne touche pas le sol, et une phase dite d’appui lorsqu’il est en contact avec le sol. Lors de cette dernière, on distingue trois étapes : l’attaque du talon au sol, le déroulé du pas et la fin d’appui.

La chaussure orthopédique vise à compenser les fonctions manquantes du pied dans chacune des phases de la marche :

  • À l’attaque du talon, la chaussure orthopédique conserve partiellement la mobilité de la cheville qui peut ainsi jouer partiellement son rôle d’amortisseur par une flexion plantaire (mouvement du pied vers le sol).
  • Le déroulé du pas est rendu possible par la mobilité de la cheville associée à une certaine souplesse de la chaussure.
  • En fin de phase d’appui, la zone plus rigide à l’avant du pied offre la propulsion nécessaire pour faciliter le passage vers le pas suivant.
    À noter : La capacité de propulsion dépend principalement du niveau d’amputation.

Par ailleurs, selon sa flexibilité, une chaussure orthopédique  s’adapte aux dévers, ce qui permet à son utilisateur de garder son équilibre, sans créer de mouvement de compensation. La mobilité partiellement conservée de la cheville facilite également la montée et la descente des escaliers : la personne est capable de relever le bout du pied et évite ainsi de trébucher.

Indications

  • Amputations des orteils, transmétatarsienne, Lisfranc et Chopart
  • Ce type d’appareillage est adapté aux activités quotidiennes en intérieur et en extérieur mais n’est pas une solution appropriée pour les activités pied-nus  ou pour porter différents types de chaussures (chaussons, baskets, etc.).
  • La chaussure orthopédique peut être indiquée lorsqu’il y a des variations de volume du membre résiduel, du fait du système de fermeture réglable (lacets ou velcro).

Service attendu

  • Compensation du handicap physique : La chaussure orthopédique ne compense pas le handicap physique puisqu’elle ne reproduit pas la forme et l’aspect du pied.
  • Compensation du handicap fonctionnel : La mobilité partielle de la cheville permet une marche physiologique dans divers environnements (pentes, sols irréguliers, etc.), aide à entretenir une activité musculaire et favorise ainsi la circulation sanguine dans la jambe.
  • Participation sociale, familiale et professionnelle : La chaussure orthopédique répond aux exigences fonctionnelles du quotidien, mais présente des limites pour les activités en intérieur, les activités pieds-nus et les activités qui requièrent des chaussures différentes.
Cercle-appareillage-membre-inferieur-ottobock-ortho

Quelles sont les étapes pour la réalisation d’un appareillage ?

Le processus d’appareillage peut débuter dès lors que le médecin et l’équipe thérapeutique jugent que le patient est prêt. Il se déroule selon plusieurs étapes :

Un entretien individuel et l’élaboration du bilan fonctionnel constitue la première étape du processus d’appareillage.

La thérapie vise à obtenir les meilleures conditions physiques en vue de l’appareillage. Cette phase de rééducation débute généralement peu de temps après l’amputation.

Le médecin spécialiste détermine précisément le type d’appareillage qui répond le mieux aux objectifs thérapeutiques et au projet de vie du patient.

Le professionnel prend mesures et empreintes du pied en vue de la fabrication de l’appareil.

Il s’agit de l’étape de réalisation de l’appareillage.

L’essayage permet l’adaptation optimale de l’appareillage. Il peut être effectué avec un appareillage d’essai qui permet de réaliser des modifications nécessaires et de valider la forme de l’appareillage définitif.

La rééducation permet d’apprendre à utiliser l’appareillage.

L’équipe pluridisciplinaire évalue la satisfaction du patient au regard de son appareillage.

Un suivi régulier de l’appareillage est réalisé sur le long terme.

Découvrir nos centres d’appareillage

Trouver un centre d’appareillage

Le Réseau Ottobock Orthopédie & Services dispose de 29 agences réparties dans toute la France.

Nous trouver

OTTOBOCK ORTHOPÉDIE & SERVICES

Une prise en charge personnalisée

Adaptée aux besoins de chacun

Nous contacter