Prothèse de pied haute

Chemin de navigation:Home/Solutions d’appareillage/Prothèse de pied haute

En savoir plus sur les prothèses de pied hautes

Description

La prothèse de pied haute est un appareillage qui englobe le membre résiduel et remonte sur l’avant de la jambe, la cheville est alors immobilisée.

La partie haute de la prothèse est généralement réalisée en résine, associée à une structure carbone pour sa légèreté et sa rigidité. Dans un souci de confort, elle comporte un capitonnage interne en mousse. L’arrière de la prothèse est le plus souvent ouvert et dispose d’un système de fermeture de type sangle ou volet pour une mise en place facile et un maintien optimal de la prothèse. Afin d’éviter les frottements avec la peau, les patients peuvent utiliser une interface en tissu telle qu’une chaussette.

Le pied prothétique peut être constitué de différents matériaux selon la rigidité souhaitée et le niveau d’amputation. La structure interne du pied est généralement constituée d’une partie en carbone, associée à des matériaux plus ou moins souples.

L’esthétique de la prothèse de pied haute est réalisée soit par une finition en résine et en cuir, soit par une peinture qui tend à reproduire la teinte dominante de la peau. Une forme standard des orteils peut dans certains cas être reproduite.

prothese-de-pied-haute-3

Fonctionnalité

Lors du cycle de marche, le pied alterne entre une phase dite d’oscillation lorsqu’il ne touche pas le sol, et une phase dite d’appui lorsqu’il est en contact avec le sol. Lors de cette dernière, on distingue trois étapes : l’attaque du talon au sol, le déroulé du pas et la fin d’appui.

La prothèse de pied haute vise à compenser les fonctions manquantes du pied dans chacune des phases de la marche :

  • À l’attaque du talon, l’amorti est partiellement obtenu par la flexion du genou à chaque pas, la cheville étant immobilisée.
  • Le déroulé du pas s’effectue essentiellement grâce à la flexibilité de l’avant-pied.
  • En fin de phase d’appui, le pied, s’il comporte une partie en carbone, crée un effet de ressort pour aider l’utilisateur à enchaîner le pas suivant. La partie haute de la prothèse permet quant à elle de répartir uniformément les efforts générés par l’avant-pied lors de la marche, le membre résiduel subit donc peu de contraintes de friction.
  • Lors de la phase d’oscillation, lors de la montée et descente d’escaliers, ou encore sur les sols irréguliers, la prothèse de pied haute ne permet pas de relever l’avant du pied.

Indications

  • Amputation transmétatarsienne, Lisfranc et Chopart
  • Ce type d’appareillage est adapté aux activités quotidiennes en intérieur et en extérieur, avec chaussures/chaussons ayant une hauteur de talon définie. Il n’est pas adapté aux environnements humides (salle de bain, piscine, etc.).

Service attendu

  • Compensation du handicap physique : La prothèse de pied haute permet de porter des chaussures du commerce, mais celles-ci doivent être assez larges pour recevoir le volume de la prothèse qui est généralement important en raison des matériaux constitutifs. Elle est également réalisée pour une hauteur de talon définie, il est donc possible de porter différentes paires de chaussures, à condition qu’elles aient la même hauteur de talon.
  • Compensation du handicap fonctionnel : De par sa conception, la prothèse permet un maintien optimal de l’ensemble arrière-pied/cheville qui réduit les sensations d’inconfort. De plus, associée à la flexibilité de l’avant-pied, la prothèse de pied haute permet de marcher à différentes cadences. La pratique du sport nécessite néanmoins une prothèse spécifique.
    À noter : Si l’immobilisation de la cheville permet de limiter les contraintes de frictions exercées sur le membre résiduel, ce type de prothèse réduit également l’activité des muscles de la jambe, ce qui se traduit par une fonte musculaire.
  • Participation sociale, familiale et professionnelle : La compensation du handicap physique et fonctionnel influe positivement sur la participation aux activités, qu’elles soient familiales, professionnelles ou sociales. Cependant, la prothèse de pied haute est limitée dans le cas d’activités pieds-nus.
Cercle-appareillage-membre-inferieur-ottobock-ortho

Quelles sont les étapes pour la réalisation d’un appareillage ?

Le processus d’appareillage peut débuter dès lors que le médecin et l’équipe thérapeutique jugent que le patient est prêt. Il se déroule selon plusieurs étapes :

Un entretien individuel et l’élaboration du bilan fonctionnel constitue la première étape du processus d’appareillage.

La thérapie vise à obtenir les meilleures conditions physiques en vue de l’appareillage. Cette phase de rééducation débute généralement peu de temps après l’amputation.

Le médecin spécialiste détermine précisément le type d’appareillage qui répond le mieux aux objectifs thérapeutiques et au projet de vie du patient.

Le professionnel prend mesures et empreintes du pied en vue de la fabrication de l’appareil.

Il s’agit de l’étape de réalisation de l’appareillage.

L’essayage permet l’adaptation optimale de l’appareillage. Il peut être effectué avec un appareillage d’essai qui permet de réaliser des modifications nécessaires et de valider la forme de l’appareillage définitif.

La rééducation permet d’apprendre à utiliser l’appareillage.

L’équipe pluridisciplinaire évalue la satisfaction du patient au regard de son appareillage.

Un suivi régulier de l’appareillage est réalisé sur le long terme.

Découvrir nos centres d’appareillage

Trouver un centre d’appareillage

Le Réseau Ottobock Orthopédie & Services dispose de 29 agences réparties dans toute la France.

Nous trouver

OTTOBOCK ORTHOPÉDIE & SERVICES

Une prise en charge personnalisée

Adaptée aux besoins de chacun

Nous contacter